Les GENERATIONS EXPLOSIVES ®

www.generations-explosives.com

Copyright  2010 © Tous droits réservés. Création et photos Serif  et  llKehl  Cultures   

Conditions d’utilisation

68 en bref

Qu’est-ce que 68 ?

Pourquoi 68 ?

Le printemps 68 en France ?

Qu’a apporté 68 ?

En 1968, les pays occidentaux sont en pleine ascension économique. Les progrès technologiques fleurissent chaque jour, apportant leur lot de confort supplémentaire. L’activité économique permet aux populations de disposer d’un meilleur pouvoir d’achat. En fait, une seule chose est restée immuable : la politique. Ses pratiques n’ont pas évolué d’un pouce. Les Sociétés occidentales vivent ainsi dans un monde où la Politique est en retard sur l’Economie. Cette situation suscite malaise et incompréhension chez les populations. Il est naturel que ce soit les étudiants qui portent la contestation. Ils sont les mieux à même de comprendre les origines du mal-être parce qu’ils les étudient de près ou de loin.

L’année 1968, ou les 2 chiffres 68, sont synonymes de révolutionnaire pour certains et de folklorique pour beaucoup. Dans la mémoire de ceux qui ont connu l’année 1968, elle est avant tout une année de grogne de la part des étudiants et des ouvriers. Dans l’imaginaire de ceux qui n’ont pas vécu l’année 1968, elle est une année de contestation dotée d’un caractère sympathique. Les 2 avis se rapprochent parce que 68 n’a rien de révolutionnaire tant elle a débouché sur le néant en terme politique.

68 est en fait le point d’orgue de 2 années de malaise révélé chez les étudiants, qui souhaitaient que les dirigeants politiques de leurs pays respectifs prennent en compte leurs aspirations particulières de modernisme, de liberté sociétale, de mondialisation et de solidarité, notamment.

68 n’est pas une initiative française mais un mouvement commun à la plupart des pays développés dont l’Italie, le Japon et la France ont été les acteurs les plus significatifs.

68 n’est pas un mouvement d’humeur ouvrier. Les salariés de certaines grandes entreprises ont suivi la contestation estudiantine, guidés par des partis et des syndicats politiques désireux de profiter de la situation d’instabilité.

L’année universitaire 1966-67 a été l’année de la prise de conscience de l’existence du fossé qui existait entre la Politique et l’Economie.

Dans la plupart des établissements universitaires, à commencer bien évidemment par ceux de Paris, des réunions, des assemblées, des conférences se sont multipliées pour en parler et envisager des solutions. Les élections législatives de mars 68 ont conforté les étudiants de l’immuabilité de la chose politique. La rentrée 1967-68 a vu naître des leaders, qui avaient sans doute profité de leurs vacances d’été pour réfléchir, et fait apparaître une transnationalité des réflexions estudiantines. L’instabilité géopolitique mondiale a également servi de détonateur à la contestation ouverte. Car 1968 est la révélation vers l’extérieur des universités de ce qui s’était discuté en leur sein en 1966-67. Il était naturel que le bouchon saute avec l’arrivée des beaux jours.

Le début du printemps 1968 a donc été la démonstration dans la rue des cogitations d’une année et demi dans les universités. Logiquement, le mouvement a pris de l’ampleur face à l’inertie du gouvernement, muré dans sa condescendance. Les confrontations devenues légendaires entre étudiants et forces de l’ordre sont le résultat d’une incompréhension totale des revendications estudiantines de la part du monde politique dans son ensemble.

La fin du printemps 1968 a été placée sous le signe d’une récupération politique - politicienne - du mouvement étudiant. Les manifestations d’envergure où se mêlaient tous les acteurs de la Société en étaient la démonstration.

A défaut d’un solutionnement des questions et des aspirations du monde étudiant, 68 a servi à 2 choses :

- à rendre solidaire l’amertume d’une génération d’étudiants,

- à faire prendre conscience aux populations de la fragilité des institutions et de la difficulté de cohabitation entre Politique et Economie.

Pour le reste, 68 n’a pas changé grand chose au quotidien des Français et du monde étudiant. Les bouleversements sociaux et politiques des années 70 sont à mettre au compte des évolutions considérables de l’économie internationale.




Suite 68 en 2019  >

Où se passait 68 ?

Il est incontestable que 68 en France est avant tout une « affaire parisienne ». La dite « affaire » s’est nationalisée avec l’entrée des salariés des entreprises dans la brèche ouverte par les étudiants. Curieusement, pour un observateur ou un quidam de province, l’université hors Paris ne ressentait pas de turbulences. Parce qu’en province, à l’époque, le lien existait entre les diverses strates de la population. Ce ciment a été fissuré par quelques leaders étudiants pour des motifs d’ambition personnelle.

BACK HOME